Le ponçage manuel : avec quoi et comment ?

par Catherine AUGUSTE
ancienne élève des Beaux-Arts de Paris
désigne et décore des cabinets de curiosités


quelques abrasifs utiles pour le meuble peint

Nous ne parlerons dans cet article que de l’action mécanique du ponçage à la main. (l'abrasion par corrosion d’acides et le polissage y sont exclus).

Le ponçage est sans doute le travail le plus désagréable dans la préparation des fonds du fait de la poussière engendrée et de la fatigue occasionnée par le geste. Mais souvent nous nous y prenons mal : le choix d’un bon outil, d’un matériau adapté au support à poncer ainsi que certains gestes et astuces peuvent nous faciliter grandement la tâche.

Avant de commencer à poncer votre meuble, posez-vous les deux questions suivantes : celle du support et celle de la finition souhaitée. Il est bien évident que le rendu lisse d’un panneau laqué nécessitera davantage de couches d’apprêtage et donc de ponçage qu’un meuble à teinter ou patiner. Pour poncer il faut donc choisir le bon abrasif, c'est-à-dire celui qui ne nous fait pas travailler inutilement.

 

Les abrasifs, un grand choix de matériaux

 

Dans la technique du meuble peint, le ponçage consiste à couper les fibres dépassant de la surface du bois, à supprimer les excédents et les particules des enduits et à lisser la surface peinte. A toutes les étapes de la réalisation d’un meuble on est donc amené à poncer. Les grandes surfaces du bricolage et les détaillants spécialisés proposent une variété de feuilles abrasives.
Une feuille abrasive est caractérisée par son grain et sa matière constituante.

Les matières abrasives

Les petits grains abrasifs sont collés sur différents types de support :

• Fibre de nylon pour les feuilles auto-grippantes sur machines ou sur certaines cales à poncer.
• Toile ; elle convient pour les arrondis ou les moulures car se casse moins que le papier.
• Papier plus ou moins épais selon l’usage machine ou manuel.

Les grains abrasifs sont également de natures diverses :

- Le corindon
(voir image ci-dessus)
C’est un oxyde d’alumine cristallisé, une substance très dure qui sert au ponçage du bois et des peintures. Sa dureté le rend indispensable pour enlever de vieilles peintures sur un meuble ou pour le ponçage de bois durs à très durs. Il est disponible en version feuille de papier pour un usage manuel dans des teintes variables (noir, rouge, jaune d’or).
La version toile sert au ponçage des métaux. Je l’utilise systématiquement quand j’ai une vieille peinture à enlever, par exemple une peinture qui s’effrite ou quand le décapage n’a pas tout ôté.
A savoir : certains corindons sont des pierres précieuses comme le rubis ou le saphir. Dans l’échelle de Mohs qui évalue la dureté, la dureté du corindon est de 9 ce qui en fait le deuxième minéral naturel le plus dur après le diamant (10 sur l’échelle de Mohs). L’usage du corindon comme abrasif semble dater de l’Antiquité.

- Le verre
(voir image ci-dessus)
C’est du verre pilé. Il n’est plus guère utilisé car il est supplanté par les papiers en carbure de silicium.

- Le carbure de silicium
C’est sans aucun doute le plus efficace pour la préparation du meuble peint. On le voit sous l’appellation papier anti-encrassant (feuille gris clair). Il est constitué de carbure de silicium recouvert de stéarate de calcium, un lubrifiant qui empêche les poussières de se loger entre les grains évitant l’encrassement.
J’utilise essentiellement ce papier car il est parfaitement adapté au ponçage manuel à sec et se présente dans une grande variété de grains du très gros (100) ou très fin (400) dans la version anti-encrassant. Il convient aux enduits, plâtres, vernis, laques et aux bois résineux. Lorsqu’il commence à s’encrasser, je tapote dessus. Les grains adhèrent bien à la feuille si bien que j’utilise mes feuilles de gros grains « usées » pour un ponçage plus fin.

- L’émeri
C’est un oxyde d’alumine. C’est un mélange de minéraux chargé de corindon ce qui lui donne des propriétés abrasives. La toile émeri (souple ou rigide) est adaptée essentiellement aux métaux mais peut convenir au bois. Personnellement je ne l’utilise jamais pour le ponçage manuel.

La granulométrie

Pour rendre le ponçage efficace et moins fastidieux on gagne à choisir à chaque étape l’abrasif et le « grain » adaptés.

Dénomination

Granulométrie

Grosseur en micron

Utilisation

Très Gros

50

310

Dégrossissage, Décapage

60

240

Gros

80

180

Enlèvement de matière

100

143

Moyen

120

110

Ponçage du bois et des enduits

150

90

180

73

Fin

220

60

Finition pour le bois et les enduits, égrenage

240

59

280

53

Très fin

320

46

Dernière finition, ponçage à la main de laques et vernis entre couches

360

41

400

35

500

30

600

25

 

Les techniques et les astuces

 

Les atouts de la cale à poncer :

- Elle transfert la force de ponçage de façon optimale,

- Elle permet un travail confortable et régulier ; sans elle on a tendance on a tendance à relâcher ou accentuer la pression ce qui conduit à des irrégularités de surface,

- Parfaitement plane et d’une dimension d’une quinzaine de cm, elle permet un travail relativement rapide sur des panneaux ; avec le bout des doigts la tâche devient plus compliquée.

- Avec une cale à poncer l’abrasif s’encrasse moins vite car on exerce une pression homogène.

- Pour toutes ces raisons la cale à poncer limite la fatigue et au bout du compte les doigts s’en portent bien mieux.

Il existe plusieurs sortes de cale à poncer dans le commerce :

- Les cales à poncer en mousse avec papier abrasif enrobant (carbure de silicium en grains grossier à fin selon la cale) : on peut travailler en douceur le plat comme le profilé grâce aux bords, en sec et en humide. Je l’utilise souvent car sa souplesse donne accès aux moulures des portes apprêtées ou peintes.

- Les cales à poncer en liège : vous repliez vous-même le papier abrasif autour. Ces cales sont souples comme celles en mousse et s’utilisent en sec.

- Les cales à poncer rectangulaires avec un système de fixation pour la feuille abrasive aux extrémités ; par rapport à la cale à poncer en mousse elles présentent l’avantage de pouvoir adapter toutes les types de feuilles abrasives et puis elles préservent les doigts !

- Il y a également des cales à poncer auto-grippante ; les feuilles qui s’y adaptent sont plus coûteuses du fait du système auto-grippant

- Et puis il y a les cales que vous pouvez confectionner vous-même avec un simple morceau de contre-plaqué bien plan ; j’en ai ainsi de différentes tailles selon la situation.


de gauche à droite : cale mousse avec papier abrasif déjà enroulé, cal en liège, cale avec système de fixation aux extrémités, cale auto-grippante (à l'arrière), cale deux faces + ou - dures

Couper la feuille abrasive nettement

A l’aide d’une règle, coupez des morceaux d’abrasif adaptés à votre cale à poncer, vous perdrez moins de papier.

Du gros grain au grain fin

Il vous faudra des abrasifs aux grains différents au cours de la préparation de votre support peint. A titre d’exemple pour un travail courant à sec :
- Un grain 100 ou 150 selon le support pour l’enlèvement de matière que ce soit le bois brut ou l’apprêt,
- Un grain moyen 220 pour poncer les enduits.
- Un grain fin 280 pour la finition d’une surface plus lisse si nécessaire.

Pour un rendu de laque la panoplie d’abrasifs s’étendra jusqu’à un grain 1200 voire 2400 (papier spécial carrosserie pour un ponçage à l'eau).
Si vous voulez effectuer une teinture du bois ne poncez pas trop fin ; au-delà de 280 on polit le bois et la teinte s’imprègne mal.

Le ponçage du bois se fait dans le sens du fil

On évite ainsi : de relever sans cesse les fibres du bois et de laisser des marques ou voire des griffures.

Le ponçage des enduits se croise…

Sur les enduits il vaut mieux inverser le sens du ponçage au changement de grain ce qui permet de réduire les rayures occasionnées par le grain le plus gros.

Je dois poncer un pied ou une pièce ronde

Coupez une languette de feuille abrasive plus longue que la circonférence de la pièce, placez-la à l’arrière de la pièce et poncez par un mouvement de va-et-vient comme si vous aviez à lustrer une chaussure

Attention à la colle

On ne ponce pas la colle blanche sinon elle s’incruste et empêche la teinture du bois ; s’il en reste raclez d’abord l’excédent soigneusement avant de poncer.

Humidifer le bois ?

Sur le bois neuf et avant le premier ponçage, il est utile d’humidifier la surface avec une éponge essorée et de laisser sécher ; les pores du bois se relèvent et le ponçage sera plus efficace.

Faut-il vraiment poncer à chaque couche d’enduit ?

Certains peintres sur meubles disent ne jamais poncer.
Comme je le disais en introduction tout dépend du support initial, du rendu final souhaité et j’ajoute maintenant du nombre de couches d’enduits.

Sur bois neuf : je conseille de dégraisser la surface avec de la lessive Saint-Marc ce qui a pour effet de relever les fibres du bois ; j’effectue alors un égrenage rapide dans le sens du fil du bois avec du papier anti-encrassant gros grain, attention il ne s’agit pas de poncer mais d’égrener ! Puis 1 couche d’encollage sans ponçage + couche 1 d’enduit + couche 2 d’enduit + ponçage avec gros grain+ couches 3 et 4 + 1 ponçage avec du papier anti-encrassant grain moyen + 1 ponçage croisé avec du papier anti-encrassant grain fin sur les parties les plus visibles . Pour un fond lisse je termine par un ponçage à l’eau.

Autre technique : ne poncer qu’à la dernière couche d’enduit avant la mise en teinte. Croisez les ponçages au changement de grain du papier anti-encrassant.

Pour ceux qui cherchent à reproduire du mobilier ancien et vieilli, ils pourraient ne plus poncer à la rigueur. Il faudra alors multiplier les couches d’enduit, les lisser éventuellement à l’éponge avant leur séchage complet. Le sillage des veines du bois peut se deviner, ce n’est pas important par contre il faut soigner la patine finale. Celle-ci sera constituée de cire, d’oxydes, de poussières ou même d’un peu de sable très fin qui donnera le bel aspect mat au meuble.

Le ponçage à l’eau ?

Il permet un ponçage sans poussière et au rendu lisse. C’est la technique que l’on utilise pour la laque. Le principe reste le même : un ponçage du gros grain ou grain fin avec cale. Laissez tremper le papier pour l’assouplir avant de poncer l’enduit cela évite qu’il se casse ; le papier abrasif doit rester bien humide pendant les opérations sinon il accroche sur le support, vous perdez alors l’efficacité de la technique.  Lissez le support avec une éponge humide au fur et à mesure que vous poncez.
Pensez à placer votre meuble sur une toile cirée car il y a beaucoup d’eau qui tombe.

 

Quelques liens sur le site

 

sur le décapage du bois

sur la préparation du bois

sur la peinture et la décoration du bois

 

 

   

 

 


Copyright © phonem
pour le design, la réalisation et le contenu du
Site Français du Meuble Peint,
tous droits réservés, 16/02/2016


   
galerie   librairie   livres commentés   boutique   plan du site   actualité   stages
    
technique   s'abonner   sur le site   contact 
    recherche
  (chargement lent en première utilisation - veuillez patienter)

 une réalisation phonem