Les pinceaux

Cet article est la première partie d’un cours sur les pinceaux et leur usage. C’est un ouvrage collectif réalisé grâce au concours d’informations fournies par PEBEO.

Le pinceau est un terme générique pour désigner un assemblage de poils naturels ou synthétiques fixé à un manche. La brosse est un pinceau fabriqué essentiellement en soie de porc, le plus souvent elle est plate et large.

Il existe une grande diversité de pinceaux : pinceau pointu, brosse à lettres, spalter, pinceau en éventail, pinceau en langue de chat, veinette, brosse à pochoir, manche long, virole en laiton, touffe en martre, en petit-gris, en poils synthétiques ou mixte…On pourrait s’y perdre mais le choix de l’un d’entre eux dépend du résultat décoratif souhaité (aplat, faux-marbre, vernissage….) et du type de peinture (huile, acrylique, tempera…).

Pour essayer de cataloguer et de mettre un peu d’ordre dans cette multitude, deux critères s’imposent : la forme et la nature des poils de la touffe

 

1/ Les formes de pinceau

 

Les pinceaux pointus

Ils forment une pointe très utile pour les travaux minutieux. La qualité des poils est très importante car il n’y a rien de plus pénible qu’une pointe qui se détériore rapidement et devient impropre à l’usage.

Les brosses rondes

La touffe est montée sur une virole de section ronde. Elles se présentent comme des pinceaux pointus de grande taille. Elles conviennent parfaitement pour travailler les moulures ou appliquer la gomme laque.

Les pinceaux plats

Ils sont plats, leur bout est parfaitement carré sur les côtés, leur touffe peut-être courte ou longue. Le spalter qui est une brosse plate et carrée de grande taille est irremplaçable pour la pose d’un encollage, d’une préparation ou d’un vernis.

Les pinceaux en éventail

Leur forme particulière est spécialement étudiée pour fondre les couleurs ensemble lors de dégradés. Il est parfaitement adapté pour rendre les contours flous d’un nuage.

Les brosses usées bombées (langue de chat ou amande)

La touffe a été montée en forme de langue de chat comme si les bords avaient été usés. Ces brosses sont destinées à tous les travaux de dégradés et de fondus.

Les pinceaux traceurs

Ce sont des pinceaux à la touffe très longue, fine qui servent pour les décorations délicates à main levée comme les filets sur les meubles.

 

2/ Les poils de la touffe

 

La touffe est constituée de poils naturels, synthétiques ou bien mixtes qui, selon leur origine, offrent des propriétés spécifiques de nervosité, de souplesse, de capacité de rétention d’eau ou de résistance à l’usage.

Vus au microscope, les poils naturels sont coniques et présentent une surface rugueuse. Cela leur confère une capacité à retenir l’eau ou la couleur. Ils sont le plus souvent d’origine animale de pays froids et leurs couleurs varient alors selon les saisons.

Les poils synthétiques sont aussi coniques mais leur extrémité n’égale pas la finesse des poils naturels bien que d’énormes progrès aient été faits. Leur surface est lisse. Ils ont une meilleure résistance à l’usure mais une rétention moindre.

Matériau

Origine

Qualité

Utilisation

La martre

Prélevée sur la queue de la martre, petit animal proche de la fouine.

Provient de l’ex-URSS et de la Chine. La plus appréciée vient de la martre sibérienne, la martre Kolinsky

poil souple, nerveux, gardant bien la pointe, pouvoir de rétention parfait

Pour les travaux de grande finesse en huile ou en tempera

Le petit-gris

Provient de la queue des écureuils. Les couleurs varient selon les régions et l’espèce. La meilleure variété est celle du petit-gris de Kazan (ex-URSS)

Une bonne vigueur bien que moins vifs que la martre, les poils gardent bien la forme et ont une bonne rétention

Pour les peintures à base d’eau

L’oreille de bœuf

Europe

Donnent des brosses bien souples, robustes et solides

Pour tous types de peinture, sert bien au travail d’aplats ; idéal pour la passage des vernis gras et polyuréthannes car ils ne laissent pas de traces de poils

Le putois

Europe et Asie

Souvent des mélanges divers peuvent s’appliquer sous ce nom ce qui en fait la qualité irrégulière

D’une qualité assez proche de la martre mais avec l’inconvénient d’être très courts. Résistants, souples

Peinture à l’eau

Le poney

Asie

Donnent des pinceaux assez mous et peu élastiques

Surtout pour les pinceaux scolaires

La soie de porc

Chine et Europe

Poils toniques et nerveux qui donnent des brosses et des splaters vifs et résistants avec une bonne prise de peinture ; leur extrémité fendue en deux confère une douceur du tracé

Pour tous les types de peinture ; en général servent pour peindre en épaisseur

Les poils synthétiques

En polyamide

Leur qualité n’a pas cessé d’augmenter ; ils sont nerveux, gardent bien la pointe, leur rétention est moyenne, mais ils ont une remarquable résistance à l’usure

Huile et acrylique ; peuvent convenir pour des travaux délicats

  

3/ La fabrication d’un pinceau

 

Les méthodes de fabrication reste de nos jours semi-artisanales, les machines ne pouvant intervenir que pour certaines opérations. Plusieurs étapes :

  • Les poils sont peignés et mesurés.

  • La touffe est pesée selon la taille de pinceau à fabriquer (c’est plus simple que de compter le nombre de poils !)

  • Puis elle est placée, fleur vers le bas – c’est-à-dire l’extrémité la plus effilée du poil ou de la soie-, dans un moule creux ayant la forme du pinceau désiré (brosse plate, pointue, langue de chat…). Par gravitation la touffe prend sa forme, les racines sont alors liées par un fil de lin.

  • La touffe est ensuite insérée dans la virole, tirée jusqu’à la longueur de poils voulue et encollée.

  • Après le séchage, la virole est emmanchée.

En fait, le poil n’est jamais entaillé mais " moulé " ce qui permet de préserver toute la fleur et donc toute la finesse du tracé.

 

4/ L’entretien des pinceaux

 

Les pinceaux s’abîment facilement il faut donc accorder une attention particulière à leur entretien pour prolonger leur durée de vie et conserver leurs propriétés. La règle principale est de supprimer au maximum tous les résidus de peinture qui pourraient s’incruster auprès de la virole car ceux-ci sont responsables de la coupure des poils ou du fait qu’ils finissent par friser.

Pour les couleurs à l’huile : avec un chiffon essuyez le pinceau de la virole à la pointe pour enlever l’excédent de couleurs, nettoyez-le soigneusement dans un solvant adapté (essence de térébenthine ou liquide à nettoyer les brosses) puis frottez-le avec du savon et de l’eau jusqu’à ce que la mousse soit complètement propre ; rincez-le abondamment et séchez-le avec un chiffon.

Pour les couleurs acryliques : au cours du travail immergez le pinceau dans de l’eau une fois l’application finie car l’acrylique sèche et durcit en peu de temps. Si la couleur a séché, l’enlevez à l’alcool ou au décapant universel. Pour nettoyer, rincez le pinceau abondamment à l’eau, lavez-le au savon et à l’eau jusqu’à l’obtention d’une mousse propre ; rincez à nouveau et séchez au chiffon propre de la virole à l’extrémité de la touffe.

Pour les couleurs à l’eau : rincez le pinceau avec de l’eau tiède et du savon jusqu’à ce que toute trace de couleur ait disparu puis faire sécher avec un chiffon propre délicatement avant de redonner la forme à la touffe.

Dans tous les cas, pensez toujours à les conserver pointe en haut ce qui permet de préserver la forme de la touffe.

Un conseil d'internaute :
"Utilisez pour l'entretien des brosses le suif de mouton fondu au bain marie. il nourrit les soies sans trop les imbiber et les empêche de sécher. il permet aux soies de garder leurs formes. on dégraisse les brosses au white spirit avant usage ; cela marche pour l'huile et pour l'eau."

 

   

 

 


Copyright © phonem
pour le design, la réalisation et le contenu du
Site Français du Meuble Peint,
tous droits réservés, 16/02/2016


   
galerie   librairie   livres commentés   boutique   plan du site   actualité   stages
    
technique   s'abonner   sur le site   contact 
    recherche
  (chargement lent en première utilisation - veuillez patienter)

 une réalisation phonem