Marbre en Trompe-l'oeil, le rose du portugal

catherine auguste
par
Catherine Auguste
ancienne élève de l'école supérieure des Beaux-Arts de Paris
designe et décore des cabinets de curiosités

Le Rose du Portugal est un marbre veiné dont la teinte varie beaucoup : on voit ainsi certains blocs avec des veines rouges, d'autres noires ou vertes avec des intensités variables. Ainsi, vous serez peut-être surpris par notre échantillon.

Pour réaliser en marbre en trompe-l'oeil, nous vous conseillons de partir toujours de la réalité car c'est la meilleure façon de comprendre la structure de la pierre comme la succession des couches à appliquer. Nous avons donc été tout simplement chez un marbrier pour choisir quelques chutes.

le marbre Rose du Portugal
notre échantillon de marbre Rose du Portugal

 

Quelques principes de la technique à l'eau

 

Indépendamment de la technique choisie, le support doit être bien préparé. Le marbre utilisé en décoration est poli avant d'être posé ; sa surface est lisse à l’œil et au toucher, le faux marbre doit donc rendre cet effet. Une fois que le fond est prêt, couvrez d’une laque d’impression blanche qui fera office de bouche-pore et permettra l’accroche des glacis et des peintures. Poncez cette couche à sec et dépoussiérez.

1/ La technique à l’eau, le choix de l’acrylique

L’acrylique est un système à l’eau dont les avantages et/ou les inconvénients sont :

- un séchage rapide qui limite les attentes entre chaque étape avec en contrepartie la nécessité d'une exécution sans hésitation,
- une peinture irréversible et donc stable (pas besoin de fixage d’une couche à l’autre),
- la possibilité de faire des glacis à l'aide du liant acrylique,
- une peinture non jaunissante.

2/ Le glacis

La peinture est composée de trois éléments :

- le pigment d’origine animale, végétale ou minérale,
- le liant qui sert en quelque sorte de base « collante » des pigments, il sèche ou s’oxyde et donne la qualité et le rendu final (huile de lin pour la peinture à l’huile, résine polymère pour l’acrylique),
- le diluant (eau pour l’acrylique, térébenthine pour peinture à l’huile…) qui permet de modifier la dilution et qui en séchant s’évapore.

Le glacis est la base du travail décoratif des faux marbres. Un glacis est un liquide transparent coloré. On passe deux couches de glacis et cela crée une nouvelle couleur. C’est la qualité de transparence qui fait que la lumière traverse les couches picturales et donne ainsi profondeur et lumière.

Le principe de préparation :
1 volume médium acrylique (liant) + 1 ou 2 volumes d’eau + 1 (+ ou - selon le résultat souhaité) volume de colorant, ici la peinture en tube.

Si on se contente de mélanger de l’eau à la peinture, la couche est fragile car elle manque de liant.
Si elle sèche trop vite, il existe un retardateur que l’on ajoute au glacis ou à la peinture dans de faible proportion (10 % environ).

N'hésitez pas à faire des essais de transparence car certains pigments sont plus ou moins couvrants, donc opaques.

 

Un exemple : le Rose du Portugal

 

1/ Le pas à pas

Nous vous proposons le pas à pas suivant à titre indicatif. Certains étapes seront peut-être à ajouter comme des glacis, des chiquetages... afin de nourrir votre planche. Mais pensez toujours à chaque fois si la procédure que vous appliquez (glacis, chiquetage, veinage, blaireautage, etc.) apporte de la profondeur ou au contraire masque les couches précédentes.

Poncez légèrement la laque satinée blanche que vous avez appliquée sur le fond parfaitement préparé.

Passez un glacis uni et léger d'un mélange de jaune de cadmium + ocre rouge (ou rouge de cadmium) à la brosse carrée. Laissez sécher avant de passer un second jus de ce mélange. Laissez sécher à nouveau. La teinte doit rester douce.

A l'aide d'une vieille éponge naturelle, chiquetez légèrement sur l’ensemble de la surface le mélange suivant : rouge de cadmium + jaune ou ocre jaune + blanc selon les endroits. Inspirez vous des motifs de votre échantillon.

Réalisez un chiquetage plus soutenu en rouge en insistant sur une partie de votre planche afin d'effectuer un dégradé. Le chiquetage ne doit pas être homogène mais dense, aéré ou absent selon les zones de votre planche. Ayez toujours à l'esprit que le marbre est une roche ayant subi de fortes pressions lors de sa formation, rien n'est donc parfaitement structuré.

Placez un système oblique de quelques veines à l'aide d'un mélange transparent de bleu outremer + terre de Sienne + blanc. On doit deviner le rose sous-jacent à certains endroits. Puis blaireautez rapidement pour atténuer les tracés.

Ensuite appliquez un léger veinage de terre de Sienne sur une ou deux veines précédemment peintes ainsi que sur d'autres endroits et dans la même direction. Blaireautez rapidement.

Chiquetez à nouveau sur le système de veines que vous avez réalisé : un chiquetage d'un rose pâle semblable à la couleur de fond.

Reprenez certaines veines au pinceau pointu avec un ton plus soutenu (bleu outremer + noir + blanc) puis chiquetez directement sur ces nouvelles veines à l'éponge humide pour en diluer les contours.

Laissez sécher l'ensemble.

Préparez et appliquez un glacis à base de terre de Sienne. Essuyez au chiffon certains parties que vous souhaitées laisser plus claires. Si vous le jugez nécessaire, placer quelques très fines veines qui accompagneront les bords des veines verdâtres.

Reglacez en final avec un peu de terre de Sienne et une pointe de blanc.

2/ Quelques éléments à bien observer

notre échantillon de Rose du Portugal
Le marbre Rose du Portugal, un marbre veiné
(ci-dessus, le vrai !)
Sur notre échantillon (ici un détail), on remarque un veinage peu marqué qui s'oriente dans une direction. Pour donner un peu de densité au fond qui semble facile à réaliser, il faudra opérer de nombreux chiquetages, des essuyés et des glaçages.

faux-marbre Rose du Portugal, les chiquetages
Les chiquetages successifs
Après avoir réalisé un veinage assez transparent de terre de Sienne, blaireautez rapidement pour atténuer les contours car le Rose du Portugal n'a pas de veines très fermes.
Pour lui donner  toute sa profondeur, vous devrez faire de nombreux chiquetages assez transparents ou simplement à l'éponge humide. Ici, on voit des chiquetages rouge de cadmium + jaune (partie droite de la planche),  ocre jaune + blanc (centre de la planche)... Ces chiquetages ont été réalisés avant et après le veinage. Quand vous chiqueter, pensez que l'ensemble doit sembler flou ; les petits points sont à peine discernables.

faux-marbre Rose du Portugal, le veinage sombre
Les veines sombres

Reprenez certaines veines au pinceau pointu avec un ton plus soutenu (bleu outremer + noir + blanc) puis chiquetez directement sur ces nouvelles veines à l'éponge humide pour en diluer les contours. Les veines sombres se morcellent alors en petits points. Le chiquetage à l'éponge humide d'une veine fraîchement peinte permet de diffuser le tracé, d'atténuer la densité colorée et de répartir quelques points à proximité de la veine.

le Rose du Portugal, marbre en trompe-l'oeil
Le Rose du Portugal en trompe-l'oeil
 après les derniers glacis à la terre de Sienne.

 

Autres articles à consulter sur le site

 

Trompe-l'oeil, les faux marbres (exemple du Vert de Guatemala)
vous y trouverez toutes les techniques de faux marbre expliquées, ainsi que les erreurs à éviter

La technique du faux marbre : le jaune antique
un faux marbre réaliser par Christian Dumas
 

et la sélection de livres en page librairie

Vous trouverez la plupart des produits décrits sur la boutique du site en www.droguerie-couleur.com

 

   

 

 


Copyright © phonem
pour le design, la réalisation et le contenu du
Site Français du Meuble Peint,
tous droits réservés, 16/02/2016


   
galerie   librairie   livres commentés   boutique   plan du site   actualité   stages
    
technique   s'abonner   sur le site   contact 
    recherche
  (chargement lent en première utilisation - veuillez patienter)

 une réalisation phonem